Type : Boutre du Golfe arabo-persique.




 Gréement : un mât ; voile latine sur antenne ; un foc.

Matériaux : Coque et pont en bois  ; mât en bois, antenne en fibre de verre.

Date et lieu de lancement :  1973  à Bahrein
Autres noms  : 
Utilisation initiale :  bateau de pêche aux huîtres perlières.

Dernière nationalité connue : française
Dernier port d'attache connu : Giens, Port Augier (dans le Var)

Dernière utilisation connue : voilier de croisière privé

Signification du nom : Lulouath
Longueur hors-tout : 9,7 m
Longueur de la coque : 9 m
Longueur à la flottaison : 8,7 m 
Largeur maximale :  2,35 m
Tirant d'eau maximal : 1,5 m
Tirant d'air : 
Déplacement : 3,4 t.
Surface maxi de voilure : 80 m² 

État : restauré,  régulièrement entretenu.
Avant : Incliné ;  bout-dehors ; étrave terminée par un rostre.


Arrière : tableau incliné  ;  barre franche. 
 
Coque : bois.

Superstructures : rouf discret

 
   Les boutres sont les bateaux traditionnels de la Mer rouge, de l'Océan Indien. certains pensent aussi que ce type de bateau est d'inspiration chinoise. La silhouette de ces bateaux date sans doute d'environ 5 siècles et on pense qu'ils seraient d'inspiration chinoise
    Ils sont de taille variable et un grand boutre d'Oman, à 2 mâts, est basé à Douarnenez. Il mesure 24 m de long et porte le nom de Nizwa.
     Lulouath a été construit à Bahrein selon les traditions ancestrales, et restauré au début des années 1990 à Riyad. basé aujourd'hui dans un petit port de la presqu'île de Giens, il participe régulièrement aux Voiles latines de St Tropez et a pu être vu dans une émission de FR3, Les bateaux venus d'ailleurs. L'intérieur est resté une cale, sans aménagements. le bateau est labellisé bateau d'intérêt patrimonial (B I P).

    Nous remercions son propriétaire, Jean-Pierre Cadol, qui nous a aimablement fourni photos et renseignements sur son bateau;

Type : barque catalane


Gréement : un mât, une antenne, une voile latine (maestre), un foc (polacre) ; voiles blanches.


Matériaux : Coque et pont en bois ; mât et antenne en bois.
Date et lieu de lancement : ? à Valras (chantier Scotto)
Autres noms  :

Utilisation initiale : bateau de pêche.

Dernière nationalité connue : Française

Dernier port d'attache connu : Banyuls.



Signification du nom : la Bepa : ?

Longueur hors-tout : 7,4   m
Longueur de la coque : 7,4 m
Longueur à la flottaison :  m
Largeur maxi : 2,5 m
Tirant d'eau maximal :  0,6 m
Tirant d'air :  m

Déplacement :  t.
Surface maxi de voilure :  m² 

État : restauré, remis à l'eau en 1999 ,bien entretenu.

Avant : Incliné ;  immatriculation sur le pavois : TL 247529.
 
Arrière : pointu ;safran à aiguillots et fémelots, barre franche.

Coque : verte ; liston rouge ; pavois vert foncé, jaune vert foncé

Superstructures : bateau  ponté.
   
   La Bepa  est une barque catalane typique, transformé en bateau de plaisance et restaurée en 1999. Elle participe aux rassemblements de voiliers traditionnels en Méditerranée, et aussi en Bretagne (photos prises à Douarnenez en 2014)
Type : barque catalane

Gréement : un mât, une antenne, une voile latine (maestre), un foc (polacre) ; voiles rouges.


Matériaux : Coque et pont en bois (chêne)  ; mât et antenne en bois.
Date et lieu de lancement :  1909 à Sète (chantier Luigi Aversa)
Autres noms  :

Utilisation initiale : bateau de pêche.

Dernière nationalité connue : Française

Dernier port d'attache connu : Palavas les Flots ; propriété de la commune.



Signification du nom :.St-Pierre : le premier pape, disciple de Jésus-Christ et fondateur du christianisme. Son premier métier était pêcheur.
Longueur hors-tout : 10,15  m
Longueur de la coque : 10,15 m
Longueur à la flottaison :  m
Largeur maxi : 2,9 m
Tirant d'eau maximal :  0,8 m
Tirant d'air :  m

Déplacement : 4,9 t.
Surface maxi de voilure : 20 m² 

État : restauré en 2002 et 2009 ,bien entretenu.

Avant : Incliné ;  immatriculation sur le pavois : TL 247529.
Arrière : pointu ;safran à aiguillots et fémelots, barre franche.
Coque : blanche ; liston jaune et rouge ; pavois et lisse bleus.

Superstructures : bateau  ponté.
   
   Saint-Pierre  est une barque catalane typique, construite à Sète (les premières du genre ont été construites à Collioure et Banyuls) en 1909. Il a pratiqué la pêche à la sardine, à l'anchois e tau maquereau jusqu'en 1991, puis a été transformé en bateau de plaisance et restauré.
Type :Felouque corse





Gréement : un mât, une antenne, une voile latine (maestre) ; foc sur bout-dehors


Matériaux : Coque et pont en bois (pin laricio)  ; mât et antenne en bois.
Date et lieu de lancement :  1970 à Ajaccio (chantier Nobili)

Autres noms  : 
Utilisation initiale : bateau de pêche à Cagnes sur mer

Dernière nationalité connue : française

Dernier port d'attache connu : Le Cros de Cagnes (quartier de Nice)

Dernière utilisation connue : voilier de promenade privé.

Signification du nom : San Martinu : Saint Martin, en corse.
Longueur hors-tout :  10 m
Longueur de la coque : 8,25 m
Longueur à la flottaison : 7,15  m 
Largeur maximale :  2,35 m
Tirant d'eau maximal : 0,7 m
Tirant d'air :  10 m
Déplacement : 2,6 t.
Surface maxi de voilure : 34 m² 

État : restauré, presque reconstruit ; régulièrement entretenu.
Avant : étrave à guibre, bout-dehors.


Arrière : pointu
Coque : Blanche, liston et lisse bleus.

Superstructures : rouf bas : 2  hublots ronds sur chaque bord
   
    San Martinu a été construit en 1956 ;à Ajaccio ; il a pratiqué la pêche professionnel jusqu'en 2006, puis a été converti en bateau de plaisance. restauré en 2008, il a participé àla Semaine du golfe du Morbihan, puis a dû être restauré une nouvelle fois à cause du pourrissement du bois.
Type : Barquette marseillaise

Gréement : un mât, une antenne, une voile latine (maestre) ; foc sur bout-dehors


Matériaux : Coque et pont en bois  ; mât et antenne en bois.
Date et lieu de lancement :  1970 à Marseille (chantier Noguera)

Autres noms  : 
Utilisation initiale :bateau de plaisance à moteur
Dernière nationalité connue : Française

Dernier port d'attache connu : La Trinité sur mer
Dernière utilisation connue : voilier de promenade privé.

Signification du nom : Lou Tcherne : le nom d'un des 2 premiers propriétaires. 
Longueur hors-tout :  8,5 m
Longueur de la coque : 7 m
Longueur à la flottaison :   m 
Largeur maximale :  2,2 m
Tirant d'eau maximal : 1,2 m
Tirant d'air :  8 m (mât)
Déplacement : 2,5 t.
Surface maxi de voilure : 34 m² 

État : régulièrement entretenu.
Avant : étrave presque verticale.

Arrière : pointu 
Coque : Blanche, liston et lisse bleu clair; capian rouge

Superstructures : rouf assez volumineux : 2 grands hublots sur chaque bord
   
    Lou Tcherne  a été construit en 1970 comme bateau de plaisance à moteur ; il  reçu son gréement en 2007 -2008. Il a participé à Brest 2008 et est régulièrement présent aux semaines du golfe du Morbihan.
Type : Mourre de pouar



Gréement : un mât, une antenne, une voile latine (maestre), un foc (polacre)  sur bout-dehors ; grand_voile blanche, foc rouge


Matériaux : Coque et pont en bois  ; mât et antenne en bois.
Date et lieu de lancement :  1996 à Marseille (chantier Borg), d'après un plan de1897.
Autres noms  :

Utilisation initiale : réplique d'un bateau pilote de Marseille

Dernière nationalité connue : française

Dernier port d'attache connu :Giens (port de la Madrague)

Signification du nom :. Raïs de Mandrago : ?
Longueur hors-tout : 10,8  m
Longueur de la coque : 9,2 m
Longueur à la flottaison : 8,3 m
Largeur maxi : 3,1 m
Tirant d'eau maximal :  0,5 m
Tirant d'air :  m

Déplacement : 5,5 t.
Surface maxi de voilure : 63 m² 

État : récent, bien entretenu.

Avant : Incliné, à éperon ;  immatriculation sur le pavois : TLB99878
Arrière : rond ; nom en blanc sur la coque

Coque : noire; liston et lisse blancs; pavois bleu.

Superstructures : cockît; rouf bas.
   
   Raïs Mandrago est une mourre de pouar; réplique de bateau-pilote marseillais de la fin du XIXème siècle.Ce type de bateau servait aussi à transporter des marchandises.
   La coque en construction a été exposée à Brest, lors des fêtes de 1992; puis elle a été achevée et lancée à Giens en 1996.